Le Goût

La Dame à La Licorne - Le goût

La Dame à La Licorne – Le goût

La servante soulève avec peine une énorme coupe de friandises, vers laquelle la Dame distraite tend sa main droite ; mais son attention semble captivée par la perruche posée sur sa main gauche gantée et au-delà, par la licorne saillante. Son petit chien suit attentivement ses gestes, tandis qu’à ses pieds un singe au regard narquois souligne la signification de la scène, en mangeant une baie ou une dragée.
De toutes les tapisseries, celle-ci est la plus mouvementée, comme si tous les souffles de la vie, peut-être de la passion, en parcouraient encore l’atmosphère.

Les animaux héraldiques se dressent presque furieusement, leur mantelet vole, comme vole le voile protégeant la chevelure de la Dame ; la perruche elle-même bat des ailes, comme pour trouver sur le perchoir du doigt un équilibre difficile. Cependant, derrière la Dame, une jeune licorne, si jeune que la défense est encore invisible, détourne la tête.
Une barrière semi-circulaire faite de bois lacés, sur laquelle s’accrochent des rosiers grimpants, ferme la composition.
Comme dans l’Odorat, elle est fondée sur la perspective inversée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s